Théâtre

ENTREVUE FORFAIT TOUT INCLUS

En bon porte-parole du Guide Officiel, Bernard Fortin s’est entretenu avec Anne Casabonne et Pierre-Alexandre Fortin, têtes d’affiches de la pièce Forfait tout inclus qui prendra d’assaut la scène du Théâtre des Hirondelles à Saint-Mathieu-de-Beloeil cet été.

Bernard : Anne, Pierre-Alexandre, vous êtes ici pour parler de théâtre d’été. D’entrée de jeu, diriez-vous, comme moi, que les artisans de théâtre d’été sont porteurs de bonheur ?

Anne : Oui ! Ils sont porteurs d’une tradition aussi. Parce que je crois que c’est juste au Québec qu’on trouve des théâtres d’été tels qu’on les connaît. Ça nous appartient, ça fait partie de notre folklore.

Bernard : L’été a donc sa propre saison de théâtre et on peut dire que la qualité des productions est comparable à ce qui se fait à l’année. Mais, évidemment, qui dit théâtre d’été, dit comédie, légèreté. Parce que c’est ce qu’on retrouve principalement, non ?

Anne : Oui ! Mais la comédie, c’est ce qu’il y a de plus rigoureux à faire, à mon avis. C’est très difficile de faire rire les gens. Ça demande beaucoup de travail.

Bernard : Une autre grande difficulté consiste à trouver une bonne pièce année après année parce que les théâtres sont très nombreux. On doit en lire plusieurs et revenir parfois à des succès qui ont été joués il y a dix ou quinze ans. Est-ce qu’il y a une façon de trouver LA bonne pièce ?

Anne : Non, il n’y a pas de recette.

Pierre-Alexandre : Cela dit, on peut aussi en écrire de nouvelles.

Anne : Comme Forfait tout inclus !

Bernard : Justement, j’aime beaucoup le fait qu’on crée au Québec. Il faut offrir aux Québécois des pièces qui leur ressemblent.

Anne : C’est vrai que c’est une fierté de présenter un produit qui vient d’ici.

Bernard : Est-ce que je me trompe lorsque je dis qu’aux Hirondelles, on crée des pièces depuis plusieurs années ?

Pierre-Alexandre : Non, tu ne te trompes pas, c’est de plus en plus un théâtre de création.

Anne : La création reste un risque parce qu’on ne connaît pas d’avance le succès de la pièce. Mais Francis Vachon, notre auteur, avait un bon puits pour aller chercher des histoires drôles.

Bernard : C’est d’ailleurs tout de suite ce qu’on se dit en lisant votre titre très solide : Forfait tout inclus. Parce que tout le monde a vécu ou a connu quelqu’un qui a vécu des expériences dans les forfaits tout inclus…

Pierre-Alexandre : Oui ! On sait tout de suite dans quoi on nage. Mais, sans blague, il y a des gens qui appellent à la billetterie et qui demandent ce qu’il y a dans le forfait et ce que ça inclut ! Rires. Et on leur répond que non, il n’y a pas de forfait, que c’est le titre de la pièce !

Anne : C’est un sujet rassembleur. Parce que moi, je n’ai jamais vécu l’expérience du forfait tout inclus, mais j’entends parler d’histoires épouvantables qui finissent par faire de très bons souvenirs !

Pierre-Alexandre : Et on parlait plus tôt de théâtre québécois, de théâtre qui nous représente ; Forfait tout inclus, c’est très, très québécois. D’ailleurs, quand Francis m’a approché pour le rôle, il m’a fait part du titre et je me suis dit que ça avait certainement déjà été écrit, une pièce sur quelque chose qui se passe dans un pays où il fait chaud, dans un forfait tout inclus ! Mais non. Alors tout est à faire et quand on lit la pièce, on se rend compte qu’elle regorge de clichés qu’on connaît, mais qui sont drôles parce qu’ils existent tous vraiment dans ces endroits-là.

Bernard : Et, entre vous et moi, est-ce que ça va être drôle ?

Pierre-Alexandre : Ça va être très drôle ! Il y a même des bouts où je me demande comment je vais faire pour ne pas rire !

Anne : Surtout avec les deux personnages qui sont joués par Denis Houle et Sylvie Potvin ; ils sont vraiment niaiseux !

Bernard : Pourtant, ce sont des acteurs qui jouent surtout des pièces classiques, non ?

Pierre-Alexandre : Exactement, ils ont l’habitude de jouer Phèdre et Racine.

Anne : Mais ils jouent très bien les stéréotypes qui sont présentés dans la pièce !

Bernard : Je crois que vous êtes cinq dans la pièce. Qui est le cinquième comédien ?

Anne : Il y a Sylvie Potvin, Denis Houle, Pierre-Alexandre Fortin, Rodney Pitt et moi-même.

Pierre-Alexandre : Rodney c’est un Haïtien qui joue un Mexicain dans la pièce !

Bernard : Racontez-moi un peu Forfait tout inclus. Qu’est-ce qu’il va se passer au juste dans la pièce ?

Pierre-Alexandre : Évidemment, tout commence avec un couple qui bat de l’aile un peu et qui s’en va dans le sud pour la détente, le calme et le repos.

Anne : Pour essayer de se retrouver aussi.

Pierre-Alexandre : Et, évidemment, qui est-ce qu’on rencontre quand on va dans un tout inclus ? Des Québécois ! Le genre de Québécois qu’on dit tous qu’on n’est pas…

Anne : Mais qu’on est tous un peu.

Pierre-Alexandre : Tu sais, les Québécois qui applaudissent quand l’avion atterrit… Je l’ai probablement déjà fait moi-même, mais j’ai arrêté. Rires.

Bernard : Et qu’est-ce qu’on va retrouver d’autre dans le tout inclus ?

Pierre-Alexandre : Il va y avoir des cours d’Espagnol, des cours de salsa, des piña coladas. Il faut dire que le personnage d’Anne, Sophie dans la pièce, a un petit problème d’alcool.

Anne : Disons qu’elle a un verre dans le nez les deux tiers du temps.

Bernard : Et qu’est-ce qu’elle boit ?

Pierre-Alexandre : Elle boit des pitas Canada ! Rires. Et ce qui est bien, c’est qu’il y a, quelque part dans la pièce, une situation qui nous amène complètement ailleurs. Personnellement, c’est ce que j’aime beaucoup de cette pièce-là. On ne voit pas venir le revirement de situation. Les gens vont avoir hâte de revenir après l’entracte !

Bernard : Et tu ne peux rien nous révéler ?

Anne : Non, il ne peut pas !

Pierre-Alexandre : Non, je ne peux vraiment pas ! À suivre…

Pour savoir ce qui arrivera au couple joué par Anne et Pierre-Alexandre, suivez le Guide jusqu’au Théâtre des Hirondelles, du 8 juin au 25 août.